Interview de Christa Wolf

21/6/2022

Depuis quand êtes-vous à la retraite, Christa ?7

Je ne suis pas retraitée dans la mesure où je ne suis pas inactive – loin de ça. Je préfère dire que j’ai pris congé de l'éducation nationale, il y a 7 ans maintenant. J'ai dû effectivement travailler jusqu'à 64 ans pour avoir une retraite complète et ça ne m'a absolument pas dérangée parce que mon travail m'a toujours passionnée.

Quelles sont les grandes étapes de votre vie ?

Je suis prédestinée à une carrière artistique semblerait-il et donc j'ai eu beaucoup de casquettes dans ma vie (rires). Je suis de formation enseignante en littéraire. D’abord j'ai été professeure de lettres en collège puis en lycée où j'ai réalisé la grande partie de ma carrière. Parallèlement je me suis formée à l'art dramatique et au théâtre à l’école buissonnière. Depuis, j’ai toujours essayé de guider ma barque dans les 2 fleuves en même temps, ce qui n’était pas toujours facile. Il y a toute une partie pédagogique qui m'intéresse beaucoup et se reflète dans mon travail d’enseignement du français et dans l'art dramatique et le théâtre. Quand je suis devant ma classe, je suis aussi sur scène.

J’ai également pris du temps pour élever mes deux enfants. Avec ma petite fille je redécouvre aujourd’hui les mêmes joies et émotions que m’ont procurée mes enfants à l’époque.

 Aujourd’hui encore, je m’amuse ! Sur scène avec ma troupe de théâtre, lors des ateliers de théâtre que je propose pour les enfants et les adultes, des stages clown et clown thérapies et aussi dans mon rôle de directrice artistique du Théâtre des enfants du soleil (Thenso) basé au Fort Kleber à Wolfisheim en Alsace.

 Qu’est-ce qui vous a marqué positivement dans votre vie ?

 Ma formation pour devenir prof de lettres qui m’a permis la rencontre avec la littérature, les écrivains, la grande pensée et ses penseurs, enfin la rencontre avec l’univers de l’art. Je ferai encore volontiers des études jusqu'à la fin de ma vie rien que pour ça.  

 Je sors d'un milieu relativement modeste et je n'ai pas pu avoir ce bagage culturel de mon milieu familial. Mais on a toujours encouragé les activités artistiques et la découverte. Je ne remercierai jamais assez ma famille pour avoir éveillé ma curiosité et mon envie d'aller goûter. C'est vraiment une étape formatrice essentielle, quelque chose qui me poursuit encore aujourd'hui, c'était d'une richesse inouïe.

 Évidemment aussi quelques enseignants m’ont marqué dont Ariane Mnouchkine, metteuse en scène de théâtre et animatrice de la troupe qu'elle a fondée en 1964, le Théâtre du soleil. Elle est également scénariste et réalisatrice de films. Cette rencontre dans les années70 compte toujours pour moi qui c'est presque le prolongement de ce que je viens de développer avec le Théâtre des enfants du soleil. Elle est venue à Strasbourg présenter l'âge d'or qui était donc sa création avec les masques de commedia Dell Arte. Je me suis dit mais c'est ça le théâtre et c’est ce que je veux faire. Voilà c'est fait !

Comment vous êtes-vous sentie à l’approche de la retraite ?

 J'avais fait mon chemin dans l'éducation nationale et j'étais très contente de fermer cette porte là parce que c'est quand même un travail très dur parfois surtout les 60ans passés. Mais je n'ai absolument pas eu l'impression que je terminais quelque chose dans ce que j'avais choisi de faire, c'est à dire d'enseigner la pédagogie. Je l’ai perçu plutôt comme une continuité et non pas comme une rupture, car j’avais anticipé pour préparer la suite (rires).

 Comment vous êtes-vous préparée à la retraite ?

J’ai pris ma retraite en 2016 et en 2014, j'ai fondé mon association qui s'appelle Le théâtre des enfants du soleil. Comme j'avais accès à l'infrastructure du lycée, donc la salle polyvalente pour répéter, pour faire du théâtre avec des costumes, des accessoires, j'ai pu engager les élèves qui étaient déjà prêt à se lancer dans une nouvelle aventure.  

Je n’avais pas du tout envie de me poser mais de continuer. Mais la vie, elle se charge de mettre des arrêts qu'on n'a pas demandé. L’année de ma retraite j’ai eu un cancer. Je l'ai appris en plein stage clown ou j'étais moi-même stagiaire. Et je l'ai appris là. Ça m'a quand même déstabilisée pendant 2h et puis je me suis retrouvée sur scène. C'est là que j'ai trouvé mon clown. J'ai vraiment réussi à faire p... dans ma c......, tellement j'ai rigolé. Ah non bon, je suis un clown frais, non ? Pour l'instant je m'amuse, je me disais. Voilà, je m'amuse et je profite de ce stage. Pour l'instant je vis. Mais bon, j'ai eu de la chance.

 Comment vous avez vécu la transition ?

Absolument fabuleuse !Pour pouvoir vraiment travailler sereinement et comme j'avais envie, j'ai réussi à aménager mon emploi du temps et mes 5 dernières années ont été dégressives. A part diriger une option de théâtre, je n’ai eu plus que 4, puis plus que 3 classes et j'ai terminé les 2 dernières années à ne plus avoir que du théâtre. Et alors ça a été absolument fabuleux parce que ça m'a permis de faire de ces 2 dernières années une période charnière magnifique.

J'ai senti aussi qu'il y avait une forme d'apaisement. Pendant longtemps les anciens élèves m'appelaient Dragon. Et elles m'ont même offert d'ailleurs. J'en ai 2 à la maison. Avec le temps, c'est devenu Mamie Dragon - mais c'est resté mamie dragon quoi. Enfin, il y avait toujours le dragon et à un moment donné, le dragon s’est transformé en inoffensif, petit lézard, c'est pas mal quoi ? Voilà, ça a été, je crois, une autre chose qui m'a marquée positivement ces dernières années. On l’appelle aujourd’hui le lâcher-prise.

 Qu'est-ce qui aujourd’hui donne sens à votre vie de retraitée ?

 Comme j'ai encore beaucoup de projets et l’envie de faire beaucoup de choses, je ne m’ennuie pas. Je me retrouve à la tête d'une association, c'est quelque chose qui n'a pas fini de se développer. Et je suis entourée et soutenue par de belles personnes avec beaucoup de talents. Disons, j'ai construit quelque chose qui donne sens à ma vie.

Quand je suis fatiguée, j’ai quand même 70 ans, je me demande s’il est temps de passer le relais. Peut-être prévoir une phase en parallèle à 2 et professionnaliser les choses pour que les repreneurs puissent en vivre. Mais ce n’était jamais mon but. Par ma motivation intrinsèque, je n’ai pas développé l’association dans une telle perspective. En fait, je ne suis peut-être pas prête non plus à lâcher le bébé. Je me rends compte que je suis plus aussi combative que je suis plus aussi performante et efficace que je pouvais l'être.

Il y a aussi ma petite fille, alors elle a 2 ans, et vit maintenant à l’autre bout de la France. Et donc j'ai bon espoir de réussir à concilier encore mes engagements ici et être proche d’elle.

Quelle est la discussion sur la retraite qui  vous énerve ? 

Ce sont les futurs retraités en attente de leur retraite légale. Cette attente extrêmement passive et complètement négative en comptant uniquement le temps qui reste…J’ai envie de leur dire non mais me**, tu ne peux pas gâcher les dernières années de ta carrière quoi ! C’est un temps perdu. Il y a tellement de choses à construire….

Quel est votre conseil aux futurs retraités ?

Deux choses me semblent importantes. Bien profiter du présent et s’écouter, c’est maintenant qu’on vit.

Puis, ne pas attendre quelque chose qui va arriver pour s’épanouir, mais se projeter dans l’avenir, activement avec plein d’espoir d’y arriver. Il faut connaître ses objectifs, savoir vers où aller et pourquoi se lever tous les matins avec un sourire. C'est ça, merci Petra.

Si vous souhaitez découvrir son site : Thenso - Théâtre des enfants du soleil

https://www.clown.asso.fr/stage-clown-ete

Flow Motion Logo
La newsletter mensuelle pour créer plus de Flow dans ma vie !
Informative et stimulante, avec une interview d’une personne épanouie, un article, des réflexions sur ma vie après 50 ans et comment anticiper ma retraite, les prochains événements Flow50+… et quelques surprises.
Je m'abonne !

Autres Ressources

Plus d'articles

Et vous, quels masques portez-vous ?

En réalité, nous portons plusieurs masques tous les jours. On ne vous parle pas des masques sanitaires ;-)

Ressources

Aimer son corps aussi après 50 ans

Chez la femme, l’arrivée de la ménopause est signe de vieillissement : cheveux blancs, prise de poids et rides. Pour un homme...

Ressources

Webinaire : comment préparer sa retraite ?

Vous approchez de la retraite ? Vous vous demandez : “Quand et avec combien vais-je pouvoir partir ? Que vais-je faire de tout mon temps libre une fois à la retraite ?”

Ressources